Accéder au contenu principal

Election de la peluche

 

Election de la peluche

L’effervescence autour de l’élection de la mascotte de l’année est encore au rendez-vous. Chaque année, je suis étonnée comme une petite peluche peut susciter tant de passions.

Un renard de nos campagnes ? Un éléphant ou un lama nous faisant rêver à des paysages lointains ? Qui va l’emporter ? Quel animal sera assez mignon pour lutter aux côtés de nos bénévoles et de nos familles contre les maladies génétiques rares ?

Il ne faut pas se tromper, et les électeurs prennent leur rôle au sérieux. Le flamant rose me plaisait personnellement beaucoup, mais justement trop « rose » au goût d’un grand nombre de votants.  Et à quoi avions nous pensé en présentant un rat ? Il ne faut pas plaisanter avec la mascotte, sa mission est bien trop importante.

 Sur les stands de décembre, par vent et par neige, elle devra par son simple minois donner de l’espoir aux familles en boostant notre récolte de dons. Et grâce à ces fonds nous pourrons aider concrètement ses familles pour, par exemple :

  • L’acquisition d’une chaise roulante
  • L’adaptation d’un logement, d’un véhicule, d’une place de travail
  • L’accès à un traitement non remboursé ou partiellement par les assurances en Suisse 
  • Des loisirs adaptés Un soutien indispensable à l’inclusion scolaire et professionnelle
  •  Des groupes de parole permettant de faire face à la maladie au quotidien

Demain, vers une mascotte plus verte ?

La fondation est sensible aux remarques d’une partie de ses donateurs qui souhaiteraient une alternative plus durable à notre mascotte.  Nous y réfléchissons, mais il est vrai qu’aucune solution ne nous a pour l’instant convaincue. 

Récolter des fonds est de plus en plus difficile pour les associations caritatives en général. Les demandes d’aides affluent de partout et le portemonnaie du donateur, aussi généreux soit-il, n’est pas extensible. La fondation Téléthon à l’immense chance de pouvoir compter sur la mobilisation de ses incroyables bénévoles et elle leur en est infiniment reconnaissante. Pouvoir leur mettre à disposition une belle mascotte, capable de fédérer autour d’elle, est à ce jour la meilleure option pour la récolte de dons durant le Téléthon.


Mais n’hésitez pas à nous soumettre vos avis et propositions dans les commentaires de cet article.

 



Posts populaires

Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service

Le 15 mars 2021, Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service à la caserne de Payerne. Un engagement aménagé non sans encombres et réticences des autorités militaires. Son histoire, en exclusivité pour le Blog du Téléthon. Il y a des occasions qu’il vaut mieux ne pas rater. Alors, quand l’on me prévient que la première recrue militaire suisse en fauteuil roulant entre en service prochainement, ni une ni deux, un enregistreur dans une main, un smartphone dans l’autre, je me rends au centre romand de recrutement de l’armée, situé à Payerne, dans le canton de Vaud. En y arrivant, on le constate vite : les conscrit-e-s sont alligné-e-s, emprunt-e-s d’une certaine ferveur. Vous savez, celle du dimanche soir. Inexistante. Toutefois, au milieu du personnel militaire et des potentielles futures recrues, l’un d’eux fait contraste. Et je vous arrête tout de suite : ce n’est ni son fauteuil ni son handicap qui attire l’attention. Non. C’est bel et bien sa m

Avant de recevoir, il faut savoir donner.

  On peut se donner corps et âme, donner envie, du grain à moudre, donner du fil à retordre ou des noms d'oiseau (à ses adversaires de squash) ; on peut donner la leçon, donner libre cours à l’imagination (de ses enfants) ; on peut donner sa langue au chat, de l’urticaire, donner le ton voire même sa parole (à ses partenaires de yass). Mieux encore, on peut donner de cette chose si rare : on peut donner de son temps. Les bras ouverts, l’humain sait aussi recevoir. Des louanges un jour, le lendemain se faire recevoir (par son boss), et puis recevoir une bonne avoinée ou un hommage (par ce partenaire de squash) ; on peut recevoir son compte on encore être reçu cinq sur cinq (au yass). Justement, recevoir, n’est-ce pas là la plus belle chose pour nos enfants ? Leur réaction kinésique, au moment de voir ce sapin si bien garni : la bouche qui pince et les yeux qui se morfondent mi-clos, caramba c'est raté, le cadeau LEGO ne plait pas; mais la bouche qui banane, l'œil qui

Témoignage de Carole Bramaz

  Bonjour à tous,   Alors que je termine mon témoignage pour le blog du Téléthon Suisse, nous sommes le 29 novembre, jour qui a suivi la deuxième votation sur la Loi Covid, acceptée par la majorité de la population. Mais encore une fois, je me sens seule, abandonnée, transparente et pas prise en compte par nos autorités. Nous, les personnes atteintes d’une pathologie ultra-rare, génétique, nous n’avons aucun poids dans la balance.   La première chose que j’ai lue dans la presse ce matin est : « Certains politiciens veulent introduire la règle des 2G (vaccinés ou guéris) » . Atteinte d’une pathologie rare, qui touche ma moelle épinière et seulement 1 personne par million, je ne peux pas me faire vacciner pour raisons médicales : cette décision n’a pas été prise à la légère. En effet, les effets secondaires du vaccin que je risque à long terme, seront importants et surtout irréversibles et en même temps, je suis très à risque pour le covid. Mais j’ai dû me battre, contacter les