Accéder au contenu principal

Mais finalement où va l’argent ?

Vous venez de faire un don à la fondation et vous avez lu que 50% serait reversé pour « le social » et 50% pour « la recherche ». Mais ça veut dire quoi exactement ?

Tout d’abord, il faut préciser que la fondation Téléthon est une toute petite structure.

Leena

Leena

Carole

Cristian

Monica

Petite équipe, mais efficace et dynamique l’équipe !


Afin de reverser un maximum au « social et à la recherche » la fondation fait très attention à ses charges. Et oui, chaque sous compte!

Chaque année un budget important est consacré à l’achat des peluches. La peluche, mascotte du Téléthon depuis 15 ans est mise gratuitement à disposition des organisateurs d’événements et a comme vocation de récolter des dons.



Grâce à nos partenaires IMPORTEXA, PLANZER, La fondation Lavigny et surtout nos incroyables bénévoles, la peluche nous revient à moins de CHF 4.- pièce tout frais compris. Lien vers notre boutique.


D’autre part, tous les centres de coûts de la fondation sont challengés. Il y a même des entreprises qui offrent à la fondation ses services ou une partie de ses services.  Cela s’appelle du mécénat de compétences. Il est également à relever que de nombreuses prestations sont facturées à des tarifs « caritatifs » comme par exemple chez Microsoft pour nos abonnements Office ou Messieurs.ch qui nous ont généreusement offert la création de la vidéo sur KIMKA.

On soulignera également que le conseil de fondation est composé exclusivement de membres bénévoles.

Besoin de plus d’information encore ? Lien sur notre rapport d’activités

Maintenant ZOOM sur « le social »

En Suisse, 3 entités s’occupent d’apporter du soutien aux personnes atteintes d’une maladie neuromusculaire et à leur famille.

Il s’agit de :

  • l’ASRIMM pour la Suisse romande
  • La MGR pour la Suisse italienne
  • la SGMK pour la Suisse allemande

La fondation Téléthon de par ses statuts récolte des fonds pour la ASRIMM et la MGR. La SGMK a d’autres sources de revenus.

Grâce à leur personnel qualifié, L’ASRIMM et la MGR aident les familles à faire face aux difficultés rencontrées dès le diagnostic et au fur et à mesure que la maladie progresse par du conseil social adapté, une écoute et un accompagnement dans la recherche de solutions à chaque étape de la maladie. Elles jouent un rôle essentiel dans la mise en réseau des personnes touchées et leur entourage ainsi que dans l’aide à l’inclusion scolaire et professionnelle.

Elles proposent aussi un soutien financier permettant d’améliorer la qualité de vie des malades comme par exemples une aide à :

  • L’acquisition d’une chaise roulante électrique
  • La modification du logement ou du lieu de travail
  • L’adaptation d’un véhicule
  • L’accès à un traitement non remboursé
  • Des loisirs adaptés

Ces prestations sont financées par le Téléthon alors que beaucoup de gens pensent qu’elles sont prises en charges par les assurances privées/ complémentaires ou les assurances sociales.

Les salaires des assistants sociaux sont effectivement financés par L’OFAS (Office Fédérale des Assurances Sociales) mais pas les aides directes. Ces aides sont possibles grâce à vos dons et grâce aux milliers de bénévoles du Téléthon .

D’ailleurs, l’une des missions de ces associations est de défendre les intérêts des personnes atteintes de maladies neuromusculaires. Cela veut dire qu’elles s’engagent pour améliorer leur prise en charge administrative, sociale et médicale. Elles militent pour que davantage de prestations soient remboursées.

L’ASRIMM et La MGR participent également activement au développement des organismes nationaux et internationaux œuvrant dans le domaine des maladies neuromusculaires et des maladies rares apparentées pour l’inclusion et la participation sociale des personnes en situation de handicap.

Le Téléthon devrait avoir à financer uniquement des aides visant améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’une maladie rare et à leur famille comme des loisirs adaptés et pas à des besoins vitaux comme une chaise roulante électrique, non ?

Plus informations : ASRIMM et MGR

ZOOM sur la Recherche

La recherche constitue la base de l’élaboration de nouveaux traitements et médicaments. Lorsque les recherches coûteuses, longues et souvent complexes ne sont pas prises en charge par de grandes entreprises pharmaceutiques, comme c’est le cas pour les maladies rares, le soutien apporté à la recherche universitaire par les fondations privées revêt une importance capitale. La recherche a effectivement longtemps stagné dans le domaine des maladies neuromusculaires. La complexité des mécanismes mis en jeu et le manque de moyens financiers sont les principales raisons de cette stagnation. Mais dès la fin des années 80, grâce aux progrès de la biochimie et aux fonds importants dégagés par le Téléthon particulièrement en France et en Italie des progrès significatifs ont été enregistrés.

En Suisse, le Téléthon soutien la FSRMM, cette fondation finance la recherche dans le domaine des maladies musculaires par l’octroi de bourses universitaires. Depuis sa création en 1985, les résultats obtenus ont contribué à des avancées au niveau international, et ont aujourd’hui atteint le stade des études cliniques. Cependant, de nombreuses maladies musculaires rares sont encore incurables.

Chaque année, grâce à la récolte du Téléthon suisse, La FSRMM soutient environ 10 bourses universitaires en Suisse.

Plus d’information lien sur La FSRMM

La fondation Téléthon récolte des fonds principalement pour ses bénéficiaires statutaires soit L’ASRIMM, la MGR et La FSRMM afin de leur garantir au maximum une stabilité financière. Cependant, la fondation Téléthon, pour autant que la récolte le permette, soutient régulièrement d’autres entités ayant pour mission l’aide aux personnes atteinte d’une maladie génétique rares.

Si vous avez besoin d’autres informations, n’hésitez pas à consulter notre site internet, lire notre rapport d’activité, ou nous contacter ! Par email info@telethon.ch ou par téléphone 021 808 88 77

Posts populaires

Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service

Le 15 mars 2021, Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service à la caserne de Payerne. Un engagement aménagé non sans encombres et réticences des autorités militaires. Son histoire, en exclusivité pour le Blog du Téléthon. Il y a des occasions qu’il vaut mieux ne pas rater. Alors, quand l’on me prévient que la première recrue militaire suisse en fauteuil roulant entre en service prochainement, ni une ni deux, un enregistreur dans une main, un smartphone dans l’autre, je me rends au centre romand de recrutement de l’armée, situé à Payerne, dans le canton de Vaud. En y arrivant, on le constate vite : les conscrit-e-s sont alligné-e-s, emprunt-e-s d’une certaine ferveur. Vous savez, celle du dimanche soir. Inexistante. Toutefois, au milieu du personnel militaire et des potentielles futures recrues, l’un d’eux fait contraste. Et je vous arrête tout de suite : ce n’est ni son fauteuil ni son handicap qui attire l’attention. Non. C’est bel et bien sa m

Soirée Paella, olé !

 Aujourd’hui, je télé travaille. Pas parce que notre réseau wifi au travail a encore lâché ou que je suis en quarantaine, mais parce que je dois : ·          Être à proximité d’un four ·          Griller des poivrons ·          Préparer un bouillon (car quand le bouillon est bon, tout est bon) ·          Émincer 3 kilos d’oignons ·          Rincer des fruits de mer ·          … ·          … ·          Vite passer sous la douche Car ce soir, c’est soirée paella !   Tous les ans, nous invitons nos familles ambassadrices pour une soirée festive au bord du lac de Neuchâtel. L’idée étant que les familles arrivent les mains dans les poches et que nous occupions de tout.   « Que du bonheur » comme dirait Leena  J   Les enfants se retrouvent, ça court et ça roule dans tous les sens ! Les parents papotent, échangent, refont le monde.   La famille s’agrandit chaque année. Ce soir, Christian et Suzanne nous rejoindront du Valais avec leur fils et leur be

Une journée haute en couleurs et émotions...

  Lors d'une de nos rencontres avec Evan, il nous a partagé sa passion pour les voitures en mentionnant celles qu'il aimait particulièrement. Après avoir passé une année en tant qu'ambassadeur, une année plutôt chaotique en plus, nous nous sommes lancés le défi de trouver une voiture, une belle, une très belle voiture pour organiser un petit tour avec lui. L'année s'est écoulée mais l'idée reste dans un coin de notre tête pour qu'un jour l'occasion se présente et cela n'a vraiment pas été long pour le propriétaire de la voiture de dire oui. On profite de le remercier chaleureusement. La maman, de connivence, nous a proposé des dates et a bien garder le secret pour que la surprise soit complète. Cette journée a eu lieu le 31 juillet. Je crois qu'Evan n'avait pas besoin de dire grand chose, sa réaction, son visage et son sourire parlaient largement pour lui. Son pilote, David, l'a emmené faire le tour du lac de la Vallée de Joux et ils se s