Accéder au contenu principal

Soirée Paella, olé !

 Aujourd’hui, je télé travaille. Pas parce que notre réseau wifi au travail a encore lâché ou que je suis en quarantaine, mais parce que je dois :

·         Être à proximité d’un four

·         Griller des poivrons

·         Préparer un bouillon (car quand le bouillon est bon, tout est bon)

·         Émincer 3 kilos d’oignons

·         Rincer des fruits de mer

·        

·        

·         Vite passer sous la douche


Car ce soir, c’est soirée paella !

 

Tous les ans, nous invitons nos familles ambassadrices pour une soirée festive au bord du lac de Neuchâtel. L’idée étant que les familles arrivent les mains dans les poches et que nous occupions de tout.

 « Que du bonheur » comme dirait Leena J

 Les enfants se retrouvent, ça court et ça roule dans tous les sens ! Les parents papotent, échangent, refont le monde.

 

La famille s’agrandit chaque année. Ce soir, Christian et Suzanne nous rejoindront du Valais avec leur fils et leur belle-fille. C’est aussi l’occasion pour notre nouveau collègue Cristian de faire connaissance avec chacun d’entre eux. Leena et moi-même nous réjouissons de les présenter à tout le monde !

 

Depuis 4 ans, nous nous donnons rendez-vous donc à Concise sous le couvert du port. Concise, notre village chouchou avec des habitants qui ont le Téléthon dans leur ADN. Merci à eux de nous accueillir si chaleureusement.

 


Je vous laisse car je dois terminer d’émincer mes calamars…

 

 

Carole

Posts populaires

Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service

Le 15 mars 2021, Nouh Arhab, le premier soldat en fauteuil roulant de Suisse est entré en service à la caserne de Payerne. Un engagement aménagé non sans encombres et réticences des autorités militaires. Son histoire, en exclusivité pour le Blog du Téléthon. Il y a des occasions qu’il vaut mieux ne pas rater. Alors, quand l’on me prévient que la première recrue militaire suisse en fauteuil roulant entre en service prochainement, ni une ni deux, un enregistreur dans une main, un smartphone dans l’autre, je me rends au centre romand de recrutement de l’armée, situé à Payerne, dans le canton de Vaud. En y arrivant, on le constate vite : les conscrit-e-s sont alligné-e-s, emprunt-e-s d’une certaine ferveur. Vous savez, celle du dimanche soir. Inexistante. Toutefois, au milieu du personnel militaire et des potentielles futures recrues, l’un d’eux fait contraste. Et je vous arrête tout de suite : ce n’est ni son fauteuil ni son handicap qui attire l’attention. Non. C’est bel et bien sa m

Avant de recevoir, il faut savoir donner.

  On peut se donner corps et âme, donner envie, du grain à moudre, donner du fil à retordre ou des noms d'oiseau (à ses adversaires de squash) ; on peut donner la leçon, donner libre cours à l’imagination (de ses enfants) ; on peut donner sa langue au chat, de l’urticaire, donner le ton voire même sa parole (à ses partenaires de yass). Mieux encore, on peut donner de cette chose si rare : on peut donner de son temps. Les bras ouverts, l’humain sait aussi recevoir. Des louanges un jour, le lendemain se faire recevoir (par son boss), et puis recevoir une bonne avoinée ou un hommage (par ce partenaire de squash) ; on peut recevoir son compte on encore être reçu cinq sur cinq (au yass). Justement, recevoir, n’est-ce pas là la plus belle chose pour nos enfants ? Leur réaction kinésique, au moment de voir ce sapin si bien garni : la bouche qui pince et les yeux qui se morfondent mi-clos, caramba c'est raté, le cadeau LEGO ne plait pas; mais la bouche qui banane, l'œil qui

Témoignage de Carole Bramaz

  Bonjour à tous,   Alors que je termine mon témoignage pour le blog du Téléthon Suisse, nous sommes le 29 novembre, jour qui a suivi la deuxième votation sur la Loi Covid, acceptée par la majorité de la population. Mais encore une fois, je me sens seule, abandonnée, transparente et pas prise en compte par nos autorités. Nous, les personnes atteintes d’une pathologie ultra-rare, génétique, nous n’avons aucun poids dans la balance.   La première chose que j’ai lue dans la presse ce matin est : « Certains politiciens veulent introduire la règle des 2G (vaccinés ou guéris) » . Atteinte d’une pathologie rare, qui touche ma moelle épinière et seulement 1 personne par million, je ne peux pas me faire vacciner pour raisons médicales : cette décision n’a pas été prise à la légère. En effet, les effets secondaires du vaccin que je risque à long terme, seront importants et surtout irréversibles et en même temps, je suis très à risque pour le covid. Mais j’ai dû me battre, contacter les