• Avant de recevoir, il faut savoir donner.

     

    On peut se donner corps et âme, donner envie, du grain à moudre, donner du fil à retordre ou des noms d'oiseau (à ses adversaires de squash) ; on peut donner la leçon, donner libre cours à l’imagination (de ses enfants) ; on peut donner sa langue au chat, de l’urticaire, donner le ton voire même sa parole (à ses partenaires de yass).

    Mieux encore, on peut donner de cette chose si rare : on peut donner de son temps.

    Les bras ouverts, l’humain sait aussi recevoir. Des louanges un jour, le lendemain se faire recevoir (par son boss), et puis recevoir une bonne avoinée ou un hommage (par ce partenaire de squash) ; on peut recevoir son compte on encore être reçu cinq sur cinq (au yass).

    Justement, recevoir, n’est-ce pas là la plus belle chose pour nos enfants ?

    Leur réaction kinésique, au moment de voir ce sapin si bien garni : la bouche qui pince et les yeux qui se morfondent mi-clos, caramba c'est raté, le cadeau LEGO ne plait pas; mais la bouche qui banane, l'œil qui se fendille, l'éclair dans le regard et bingo, c'est dans le mille, vive le Playmobil.

     Recevoir

    Donner

    Des mots antagonistes

    Mais des mots si protagonistes dans l’œuvre magnifique qu’est celle du Téléthon. Des mots que Saint Luc scindait : « il y plus de bonheur à donner qu’à recevoir ».

    Dès lors que les cadeaux sous le sapin intéressent moins, dès lors que l’âge avance et que la sagesse guigne, alors vient le temps de donner.

    Donner de son temps.  Et ainsi savoir le rendre à ceux qui n’ont plus le temps d’attendre.

    A Champvent, nous sommes un groupe d’amis de longue date – les Ankers – heureux de se rendre compte que donner, c’est largement plus beau que de recevoir. Non, on n’en fait pas des masses. Peu ou prou, c’est CHF 1,000 par année pour le Téléthon, et ce depuis une décennie bientôt.  Et si cela nous fait écarquiller des yeux, ce n’est pas parce qu’on reçoit, mais parce qu’on le donne, à ceux qui ont besoin.

    Aimer donner, c'est avoir appris à recevoir. 

    Car nous aussi avons été des enfants.

    D’ailleurs, les enfants, avant d’aimer recevoir, ils savent aussi donner. A commencer par leur amour.

    Donc donner, c’est soutenir son prochain.

    Et c’est Julian Green qui le synthétise le mieux : « Donner est un plaisir plus durable que recevoir ; car celui des deux qui donne est celui qui se souvient le plus longtemps. »

     

    Sacha Clément

    Organisateur d'une manifestation Téléthon à Champvent

    Dessin réalisé lors d'un camp de vacances pour les enfants financé par le Téléthon


     

  • You might also like

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Vos commentaires sont les bienvenus, merci !